UN REGARD AFRICAIN SUR L’AFFAIRE SNOWDEN, L’AMERIQUE DU SUD FACE A LA FRANCE

                                                                 

 

L’affaire Snowden bouleverse les relations diplomatiques et le monde du renseignement
 
 

Par Imhotep Lesage

Qui n’a pas entendu parler de l’affaire Snowden ? La saga du jeune espion qui dévoile l’étendue d’un vaste réseau d’écoute du gouvernement américain. Son pays enregistre toutes les communications électroniques et espionne même ses alliés. Il n’y a rien de nouveau dans ses  révélations autre le fait que les États-Unis semblent espionner les communications de tous les particuliers des pays alliés. Il est à noter que le pays le plus espionné est l’Allemagne qui détient l’économie la plus dynamique du continent européen. Cette révélation relègue au rang de  chimère la croyance selon laquelle l’appareil de surveillance américain s’est construit en réaction à la menace Al-Qaeda. L’œil du Léviathan surveille avant tout les alliés à des fins de guerre économique. Les derniers développements de l’affaire Snowden nous permettent aussi de  confirmer un autre constat sur le statut de l’Hexagone. La France tardivement et contrairement à l’Allemagne ne protesta que faiblement les intrusions illégales du  programme PRISM (programme d’espionnage américain). On pouvait s’attendre de la présidence française qu’elle refuse l’asile au dissident américan. Ce qui peut surprendre c’est le larbinisme avec lequel ce pays s’exécute pour appréhender Edward Snowden en bloquant son espace aérien au président bolivien. De par ce geste, l’Élysée montre que la France accepte tacitement l’illégalité du programme PRISM. Bref, La France est un pays totalement vassalisé par l’oncle Sam. En tant  qu’africains quels conclusions pouvons-nous tirer de ce constat et pouvons-nous trouver inspiration dans la réaction des pays de l’Amérique du sud ?

 

La France se dévoile comme un pays totalement vassalisé par l’oncle Sam

Bien qu’ils soient dans l’arrière cour de l’oncle Sam, les pays sud américains sont déterminés à s’affranchir de la domination des États-Unis d’Amérique. Ces pays ne font pour la plupart aucun cas des multiples avantages que pourraient rapporter l’alignement sur le pays le plus puissant du monde. L’adoption de cette politique d’indépendence demande  courage et peut aller jusqu’à couter la vie aux élites concernées. A l’instar du défunt Hugo Chavez, ils vous  diront tous, comment cette ligne politique est gratifiante puisqu’elle rend à des populations entières la dignité humaine. C’est ainsi que l’on peut voir se succéder à Moscou le bolivien Evo Morales et Nicolas Maduro du Venezuela. En agissant de la sorte ses dirigeants prouvent qu’ils sont de vrais visionnaires qui comptent tirer profit de la géopolitique multipolaire de ce monde.

Nicolas Maduro et Vladimir Poutine. Exemples vivants de la multipolarité

Maintenant contrastons cette politique d’indépendence à celle des chefaillons africains de l’espace ”franco-faune” qui adorent se prostrer à plat-ventre face à une France vassalisée et en déclin. Ils acceptent et continuent à supporter le viol à répétition de leur continent par une puissance coloniale venu d’ailleurs. Les sous-préfets de l’enclos colonial ”franco-faune” ne  manquent pas une occasion de recevoir leurs ordres aux sempiternels sommets France-Afrique. Lesquels sommets qui débouchent plus souvent qu’autrement sur des nouveaux stratagèmes pour pérenniser le pillage et l’appauvrissement des populations de cette zone ”franco-faune”. Les  habitants de l’enclos colonial ”franco-faune” vivent depuis des décennies sous le joug d’une monnaie d’origine nazie le franc CFA, mais les chefaillons souffrant d’un mutisme pathologique semblent ignorer les effets mortifères de cette monnaie CFA comparables à ceux du fascisme  hitlérien.

Le petit coq en déclin qui mène vers l’abîme une bande de lions castrés

Bizarrement les chefaillons ”franco-faunes” aiment inviter chez eux les présidents français. Lors d’une de ses visites, le nabot présidentiel français pour remercier ses hôtes leur lancera un discours crachat du type: l’Afrique n’est pas encore entrée dans l’histoire.  Une fois de plus les chefaillons ne réagirent que mollement aux insultes faites à leurs ancêtres qui donnèrent  autrefois au monde la cognition, la parole, l’écriture et toutes les sciences. Pire encore, dans certains cas les sous-préfets africains vont jusqu’à financer des partis politiques français racistes qui stigmatisent et persécutent leurs ressortissants vivant dans l’Hexagone. Ses réalités de la relation France-Afrique contrastent avec l’image que certains peuvent avoir d’un pays qui se réclame hypocritement ad-nauseam des ”droits de l’homme”. Les chefaillons africains vivant comme des Sybarites ne semblent pas voir ce flagrant contraste et cette dissonance. D’ailleurs pas plus, qu’ils n’ont d’empathie pour la souffrance et les privations de leurs populations.

         Une foule de boliviens qui manifeste devant l’ambassade de France. On  peut lire en Espagnol: France raciste, Hypocrite et fasciste

              Manifestants boliviens qui brulent le drapeau francais

Suite au détournement de l’avion d’Evo Morales, il fut surprenant de voir la rapidité et la fermeté avec laquelle réagirent les leaders sud-américains. On peut attribuer cette réponse à la qualité des hommes impliqués qui se réclament volontairement héritiers d’une longue histoire de lutte et de combat. A l’avant garde de cette lutte et prise de conscience on trouve des pays se réclamant de la révolution Bolivarienne. Or, l’indépendence de la grande Colombie est en partie due à la bravoure des guerriers africains qui ont jadis arraché leur liberté à la couronne espagnole en payant le fort prix du sang. Aux heures sombres de leur naissante révolution (lorsque celle-ci  pouvait à tout moment basculer vers l’échec) les pères fondateurs de l’Amérique du Sud Simon Bolivar et Miranda obtinrent de la république d’Haïti refuge, hommes et armes pour poursuivre leur combat. Les liens historiques sont excessivement forts dans le cas de Simon Bolivar ”El  libertador” puisque celui-ci passa toute l’année 1816 à la nouvelle république nègre d’Haïti. Aujourd’hui les liens de fraternité qui unissent les africains de la caraïbe et leurs frères de l’Amérique du sud sont toujours bien vivants. A l’instigation du grand Hugo Chavez l’état  vénézuélien fournit gratuitement du pétrole à l’état haïtien. De son vivant, le défunt chef d’état vénézuélien se plaisait à rappeler que tout l’argent du monde ne pourrait jamais repayer la dette des pays de l’espace bolivarien envers la république d’Haïti. A titre posthume Haïti vient récemment de rebaptiser l’aéroport du Cap-Haïtien, l’aéroport international Hugo Chavez.

   55% de la population vénézuelienne à du sang africain qui coule dans les veines

A ne pas en douter, voilà comment se comportent les membres d’une même famille. On peut mesurer la profonde filiation qui unit les populations afro-descendantes de l’Amérique avec leurs frères du continent africain aux propos du défunt Hugo Chavez:” Quand nous étions enfants. On nous disait que  nous avions une mère-patrie, l’Espagne. Pourtant nous avons  découvert plus tard qu’une de nos plus grandes mères  patries était l’Afrique. Nous aimons l’Afrique et chaque  jour nous sommes un peu plus au courant de nos racines africaines.”

”J’avais une grand-mère, on l’appelait Inès la Noire. Elle était une femme Noire magnifique, célèbre dans toute la plaine. Inès la Noire, ma grand-mère, était la fille d’un Africain qui a traversé les plaines. Elle était la fille d’un Africain et ils disent que cet Africain était originaire du Peuple Mandingue.” (Soninkés empire du Ghana, Mali)

”Le racisme est très caractéristique de l’impérialisme et du capitalisme. La haine contre moi a beaucoup à voir avec le racisme. Parce que j’ai une grosse bouche et des cheveux crépus. Je suis si fier d’avoir cette bouche et ces cheveux, car ils sont africains. Je suis un mélange d’indien et de noir dont je suis très fier.”

Les afro-descendants des Amériques sont bien au fait du racisme et de l’impérialisme de la France et des États-Unis. La France parasitaire refuse de payer à Haïti la dette de  40 milliards de dollars issus de la guerre d’Independence. Cette France continue régulièrement à s’ingérer dans les affaires internes de la petite ile, allant jusqu’a y fomenter des coups d’états. Quant aux  États-Unis, c’est cette victoire de descendants d’esclaves sur l’armée de Napoléon Bonaparte qui lui permit de doubler la superficie de son territoire par l’achat de la Louisiane. Tous les historiens États-Uniens sont sans équivoque sur le rôle déterminant d’Haïti dans l’achat de la Louisiane qui permit aux États Unis de devenir une puissance continentale. Pour remercier Haïti l’oncle Sam  persiste dans la tradition européenne en envahissant Haïti à plusieurs reprises. C’est dans cette même tradition de brigandage que la France puise en refusant sans raison valable son espace aérien à l’avion d’Evo Morales.

Evo Morales cloué au sol contre sa volonté pendant 13 heures sur l’aéroport de Vienne Il sort un instant de son appareil pour prendre l’air et signifier aux journalistes qu’il supporte sereinement cette méprise

Dans la nuit du 3 au 4 juillet 2013, on apprenait ainsi que, l’un après l’autre, ce sont tous les pays d’Amérique du Sud qui ont fait part de leur indignation et de leur mépris devant l’attitude méprisante de la France

– Le gouvernement du Chili a lancé un appel pour clarifier ce qui s’est passé. Le gouvernement chilien a demandé en outre que les normes du droit international soient respectées, ainsi que le traitement dû à l’avion d’un chef d’État.

–  Buenos Aires, la présidente argentine Cristina Kirchner a estimé qu’ « un avion disposant d’une immunité absolue a été illégalement détenu dans la vieille Europe, ce qui constitue un vestige du colonialisme que nous pensions  totalement dépassé. Ca n’a pas été seulement une  humiliation pour la Bolivie, mais pour toute l’Amérique du  Sud », a-t-elle déclaré lors d’une cérémonie officielle.

– Au Brésil, la présidente Dilma Rousseff a signalé dans un  communiqué l’indignation de son gouvernement. Réclamant avec force des excuses des pays concernés, particulièrement  la France, elle a estimé que cet incident compromettait le dialogue entre les deux continents et les possibles  négociations entre eux.

– L’Union des nations sud-américaines (Unasur, qui regroupe  12 pays), a fait part de « sa solidarité et de son  indignation face à des actes qui ont mis en danger la sécurité de M. Morales et de son entourage », voila ce qu’  indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères  du Pérou, qui exerce actuellement la présidence tournante  de l’organisation.

– À Caracas, l’Alba (Alliance bolivarienne pour les  peuples, qui compte huit membres autour du Venezuela) a critiqué « une situation grave due à l’impérialisme  nord-américain et ses alliés européens. »

– Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua a dénoncé « un attentat contre la vie du président Morales et son homologue équatorien Ricardo Patiño, une  terrible offense ».

– Le vice-président bolivien Alvaro Garcia a annoncé lors  d’une conférence de presse que plusieurs présidents  latino-américains se réuniraient jeudi sur ce sujet à Cochabamba (centre).Cette affaire ira t’elle jusqu’a l’ONU ?

Les sous-préfets africains serviles sont une plaie pour le continent et une disgrâce face à la mémoire des ancêtres. Nous n’avons rien à espérer d’eux. Au regard de la microbiologie politique le parasite le plus dangereux, reste le parasite en déclin. Les populations Libyennes et celles de l’espace ”franco-faune” en portent l’éloquent témoignage des stigmates.

La dignité de l’Amérique du Sud et une lecture attentive de l’affaire Snowden nous démontrent comment il faut se comporter avec des pays impérialistes et racistes. Nous avons avec les pays du sud une histoire commune, nous avons une longue histoire de lutte (la plus vieille de l’humanité). Tout africain qui puise dans cette histoire sait que nos sociétés savent incuber de grands leaders. C’est au sein de ce corps social immémorial que vont émerger les futurs  visionnaires africains qui pourront collaborer avec l’Amérique du Sud pour édifier ce nouveau monde multipolaire.

 

          Nos ancêtres africans en action

Notre but l’unité, la victoire notre destinée. Vie, sante et force !

Vous pouvez joindre Imhotep Lesage à l’adresse courriel : Imhotep_Lesage@hotmail.com

Imhotep.lesage on facebook

ImhotepLesage on Twitter

Imhotep Lesage

FAIT EN AFRIQUE: LES SNEAKERS SAWA

Article d’Imhotep Lesage

L’Afrique est un continent magnifique, on ne le dira jamais assez souvent. Trop d’observateurs tendent à regarder le continent mère sous le prisme de la négativité. Cet article ira volontairement dans le sens contraire des pessimistes, en vous parlant de la belle initiative prise par des jeunes entrepreneurs africains. Lors d’un voyage au Cameroun les 3 amis font une rencontre intéressante avec un cordonnier local et décident de créer une marque de chaussures sport qu’ils nommeront SAWA.

Sawa shoes9
SAWA SNEAKERS

Les jeunes entrepreneurs tombent en amour avec la sonorité du nom SAWA qui est celui d’une des ethnies camerounaise de la région de Douala. En 2003, ils entreprennent la production de chaussures sportswear dans un atelier familial du Cameroun. Bien qu’ils aiment le Cameroun, les jeunes hommes d’affaires quittent ce pays. C’est une perte pour le Cameroun qui n’est pas exempt de reproches. On peut probablement compter au nombre de leurs principaux griefs le caractère étouffant de la monnaie du Cameroun le Franc CFA (Colonies française d’Afrique). Cette monnaie néocoloniale imposée par la France et qui rend très difficile le commerce entre les différents états africains. Le Franc CFA vole et ponctionne sur toutes les transactions en devises et pille par l’effet d’arbitrage, sans compter qu’elle rend difficile le commerce entre les pays africains au profit de la métropole française. Or, le cuir des chaussures SAWA est acheté au Nigeria et en Éthiopie, le caoutchouc en Égypte et l’emballage lui provient d’Afrique du Sud. On comprend alors pourquoi ce maudit Franc CFA devient un boulet et une camisole de force pour quiconque veut développer le commerce avec le reste de l’Afrique.

Nicolas Agbohou - Franc CFA et l'euro contre l'Afrique
Professeur Nicolas Agbohou auteur du Franc CFA et l’euro contre l’Afrique

En mai 2011, les chaussures SAWA déménagent entièrement leur production dans la souveraine Éthiopie à Addis-Abeba, les dirigeants de SAWA justifient la relocalisation de l’entreprise par un besoin de mécanismes économiques stables et un environnement propice à l’industrie de la chaussure. L’Éthiopie est en voie de devenir l’un des premiers producteurs mondiaux de chaussures, l’uns des secrets les mieux gardés de la renaissance africaine est le dynamisme de l’économie éthiopienne. La main d’œuvre énergique y est nombreuse et elle travaille à des prix très compétitifs. A titre d’exemple, l’employé éthiopien se voit rémunérer mensuellement 83 dollars contre 467 pour le même employé en Chine.

Sawa ethiopian workers
Heureux travailleurs éthiopiens de SAWA

Ce simple calcul arithmétique pousse plusieurs producteurs chinois à s’installer au pays de Ménélik II (l’empereur qui détruisit l’armée d’invasion italienne). L’un des plus importants fabricants chinois de chaussures Huajian s’est déjà implanté dans la région de Dukem situé à 30km de Addis Abeba dans une zone industrielle actuellement en plein essor. Le manufacturier chinois compte investir plus de 2.6 milliards de dollars en Éthiopie.

Emperor Menelik II
Empereur Menelik II d’Ethiopie vainqueur des Italiens à Adoua

Les magnifiques souliers SAWA se vendent dans plusieurs boutiques de par le monde, on les retrouve en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Chine, au Japon, ainsi qu’en Afrique du Sud. Les jeunes créateurs de la marque SAWA en phase avec leur génération utilisent des techniques modernes de marketing.

Oxmo Puccino
Oxmo Puccino collabore avec SAWA pour son album roi sans carrosse

Ils ont collaboré avec le rappeur français Oxmo Pucchino en créant une paire de sneakers en ”édition limitée” pour la sortie de son sixième album ”Roi sans carrosse”. Par leurs actes, ce que les producteurs des chaussures SAWA démontrent, c’est le génie de la valeur ajoutée des produits africains. Ils tirent profit des multiples synergies possibles qui existent déjà sur le continent. Ce type d’initiative peut servir d’exemple aux pays africains qui souffrent d’un sérieux déficit de transformation des matières premières dont regorge Kemet.

Sawa shoes2
L’Afrique magnifique Kemet représentée sur les sneakers de SAWA

Pour les créateurs de SAWA leurs sneakers n’ont rien en commun avec ce que certains occidentaux appellent le commerce équitable. Leur entreprise est en affaires au même titre qu’une marque comme Adidas, Nike ou Reebok. Leur objectif n’est pas de fabriquer un produit exotique, mais bel et bien de fabriquer la meilleure paire de sneakers au monde. Ces jeunes n’utilisent pas le terme ”Made in Africa” à des fins de promotion misérabilistes. Leur produit est fabriqué en Afrique parce qu’ils ont choisi de le faire à Kemet et que les africains ont la compétence et un savoir-faire millénaire lorsqu’il s’agit de production de chaussures. Après tout, les africains de la vallée du Nil fabriquaient des chaussures, alors que les autres peuples de la terre étaient encore nu pieds.

Egyptian mural hyeroglyphs
Nos ancêtres africains de la vallée du Nil

Sawa shoes3
Très beau modèle de sneakers SAWA

La compagnie SAWA emploie 200 personnes en période de production, elle démontre toutes les potentialités du continent africain qui deviendra sous peu l’une des premières zones de croissances du monde. Il est à souhaiter que le succès de SAWA fasse de nombreuses émules. Passez le mot autour de vous et achetez leur sneakers.

Notre but l’unité, la victoire notre destinée. Vie, sante et force !

Vous pouvez joindre Imhotep Lesage à l’adresse courriel : Imhotep_Lesage@hotmail.com
Imhotep.lesage on facebook
ImhotepLesage on Twitter

Les États-Unis auraient-ils comme objectif d’exterminer le peuple Haïtien ?!?

Les dernières recherches scientifiques sur les effets désastreux des aliments OGM sur l’homme et sur la nature (hausse de l’incidence des cancers, réduction de la diversité génétique, destruction des cultures, possible rôle dans la destruction des colonies d’abeilles, etc.) me poussent à republier cet article que j’ai écrit il y a déja un certain temps. L’agriculture reste l’une des derniers secteurs économiques où les Etats-Unis maintiennent une balance commerciale excédentaire, il va s’en dire que l’administration d’Obama imbu de la volonté d’imposer une nouvelle forme d’impérialisme alimentaire utilise tous les moyens pour faire la promotion des grands groupes producteurs d’OGM, tout particulièrement dans les pays du tiers-monde. Certains pays qu’il convient d’émuler, comme l’Equateur et la Bolivie résistent honorablement à cet assault meurtrier. Doutant de la vigilance des états Africains quant à la problématique des OGM, je republie cet article espérant ainsi susciter un éveil des consciences.

par Imhotep LeSage

À la suite du tremblement de terre ayant frappé Haïti, plusieurs analystes questionnèrent les motifs derrière certaines actions posées par le gouvernement américain. La première décision douteuse fut l’envoi massif de troupes de combat plutôt que le corps d’ingénieur (Army Corps of Engineers) spécialisé dans la reconstruction et les infrastructures. Ensuite, plusieurs pays incluant des alliés des États-Unis (la France et l’Italie), firent savoir leur désaccord suite à la fermeture de l’aéroport de Port-au-Prince et au renvoi d’avions remplis d’aide humanitaire. Tous s’accordaient alors pour dire que la priorité était la sauvegarde du plus grand nombre de vies possibles. Mais, Washington pris de cours face à l’immense réponse internationale, le commandement sud de l’armée américaine choisit l’hégémonisme et de réaffirmer sa sphère d’influence aux dépends de milliers de vies haïtiennes. Comme observateurs nous pouvons y voir là, le stress ou l’incompétence d’un empire en déclin, d’autres s’appuyant sur l’histoire et d’immenses faits depuis peu mis en lumière, perçoivent l’accomplissement d’un plan macabre pour Haïti.

Us Army corps
Corps d’armée américain spécialisé dans les questions d’infrastructures

Une bombe à retardement vient d’être posée subrepticement en plein cœur d’Haïti. La multinationale Monsanto par l’entremise du ‘’projet Winner’’ et avec le soutien total de l’ambassade américaine en Haïti vient d’offrir le cadeau mortel de 475 tonnes de semences génétiquement modifiés. Ces semences OGM ont déjà été distribués avec fertilisants et pesticides dans les localités de Kenscoff, Pétionville, Gonaïves, Cabaret, Arcahaie et Croix-des-bouquets.

Les haïtiens connaissent-ils l’historique de la compagnie Monsanto? Intimement lié au complexe militaro-industriel américain, elle développa l’agent orange. Monsanto concepteur de ce défoliant, fut en partie responsable de l’empoisonnement de millions de vietnamiens et de soldats américains. Malheureusement, les innombrables séquelles de ces empoisonnements massifs perdurent encore jusqu’à aujourd’hui.

MIracles of Monsanto
Monsanto tue depuis la guerre du Vietnam

Plus grave encore, la population haïtienne en désarroi réalise-t-elle que les semences génétiquement modifiés OGM ont été déclarées dangereuses par une multitude de scientifiques, dans nombres de pays? Dans son étude le biologiste russe Alexey V. Surov ainsi que ses collègues viennent de découvrir que les OGM de Monsanto ou l’herbicide Roundup qui l’accompagne causent de graves problèmes de croissance et de reproduction. Les résultats de cette étude sont dévastateurs, la troisième génération d’animaux nourris aux OGM perd l’habileté de se reproduire dans une proportion cinq fois supérieure à la normale. Les cobayes souffrent d’une lente croissance et d’un haut taux de mortalité chez les nourissons. De plus, plusieurs d’entre eux naissent difformes. Cette recherche publiée ce mois-ci (juillet 2010) est produite sous l’égide de Surov et de l’institut d’écologie et d’évolution à l’académie russe des sciences ainsi qu’avec la participation de l’association pour la sécurité génétique.

Une autre étude publiée par le gouvernement d’Autriche en Novembre 2008 démontre que plus on nourrit les rats d’OGM moins ils se reproduisent. Quant à leurs bébés, ils naissent chétifs. Des chercheurs au collège de médecine de l’université Baylor découvrirent accidentellement que les animaux nourris aux maïs OGM ne se reproduisaient plus, leurs tests sur le maïs génétiquement modifié découvrirent deux substances qui réduisent les Phytoestrogènes à un niveau anormal chez les femelles. De plus, ils attribuent l’apparition de cellules cancéreuses à la prostate et aux seins à ces deux substances. Selon Alexey Surov, toutes ces informations ainsi qu’une multitude d’autres, exigent un moratoire sur l’utilisation des OGM pour Surov :
‘’la communauté scientifique doit continuer ses recherches sur les effets adverses de ces OGM sur notre santé, le bien être des générations futures en dépend’’.

La paysannerie haïtienne se rend elle compte de l’impact qu’auront à long terme les semences OGM de Monsanto? Ces semences ne seront pas réutilisables pour les prochaines saisons, c’est ce qu’ils appellent ‘’Terminator seeds’’, elles ne sont pas réutilisables. Mettant fin à un mode d’agriculture vieux de plusieurs millénaires elles laissent les agriculteurs à la merci de multinationales qui monopolisent la vie. Ce racket corporatif engendre des centaines de milliers de morts par suicide en Inde, où les fermiers sont incapables de s’endetter et de payer année après année pour se procurer les semences Monsanto ainsi que le Roundup. Toujours en Inde, plusieurs scientifiques et agriculteurs ont mis en lumière l’appauvrissement du sol causé par la troïka des OGM, fertilisants et herbicides de Monsanto. Contrairement aux promesses de Monsanto, le rendement de ces semences est égal ou même moindre. Face à de tels faits accablants : (perte totale de l’indépendance alimentaire, baisse des rendements, menace pour la santé et la vie des utilisateurs) il est clair que si les citoyens haïtiens connaîtraient en nombre suffisant les risques liés à l’acceptation de ce funeste cheval de Troie, ils y penseraient à deux fois avant de permettre l’introduction des OGM dans la chaîne alimentaire de l’île haïtienne.

Pour comprendre l’avancée des OGM sur les marchés mondiaux les regards doivent se poser au-delà de facteurs scientifiques ou purement économiques. La poussée des OGM découle de décisions politiques et géostratégiques. Il faut remonter à 1974 lorsqu’Henry Kissinger quasi de-facto président des États-Unis formula dans le mémorandum de sécurité nationale NSSM-200, la politique de sécurité nationale des États-Unis.

NssM-200

Mémorendum qui fixe la politique malthusienne des Etats-Unis

Il y postule que la croissance de population dans les pays en voie de développement représente une grave menace pour les intérêts de l’Amérique. Kissinger perçoit la croissance de la population comme un facteur de déstabilisation et un obstacle à l’exploitation des ressources de ces pays. Ce mémorandum comprend une litanie de raisons qui expliquent pourquoi les pays du tiers-monde doivent être privés de tout développement et d’industrialisation. Bref, il condamne les pays en voie de développement à la pauvreté, la maladie, aux conflits ethniques, religieux et civils ayant tous pour but ultime la réduction drastique de leurs populations. Ce mémorandum de sécurité nationale NSSM-200 est en fait le diktat des cartels Anglo-américains extracteurs de matières premières. Rappelons qu’Henry Kissinger un protégé de la famille Rockefeller, travailla à la fondation Rockefeller instigatrice du ‘’green revolution’’ en agriculture. En lançant cette soi-disant révolution verte, l’objectif du clan Rockefeller et de l’élite Anglo-américaine n’était nul autre que de s’accaparer le marché de l’alimentation. D’ailleurs Kissinger lui-même déclara : ‘’Qui contrôle la nourriture contrôle les populations, qui contrôle l’énergie contrôle les nations et celui qui contrôle la monnaie contrôle le monde. Ceci parait aujourd’hui mission accomplie, la cartellisation du milieu de l’alimentation est complète. De grands groupes tels les Cargill, Nestlé, Monsanto, contrôlent plus de 60% des parts de marché.

Pour amener ce plan diabolique à son aboutissement l’oligarchie s’enjoint du concours de générations successives de politiciens véreux et néo-malthusiens. Lors de forums internationaux ils négocient de façon successive le démantèlement de toutes les réglementations, l’ouverture complète des frontières aux exportations et à la finance internationale et l’amputation de l’état providence par des coupures dans la couverture sociale. En opposition claire à la volonté générale, ces corrompus livrent l’état pieds et poings liés au grand capital.

Bill Clinton</a

L’ancien président américain Bill Clinton

Bill Clinton signataire de l’accord de libre échange nord-américain, déclarait lors d’une conférence de presse en Haïti son regret d’avoir promulgué des décisions qui s’avérèrent dévastatrices pour l’industrie agricole haïtienne. Le proconsul américain peut garder ses larmes de crocodiles, s’il avait vraiment à cœur le sort du peuple haïtien il interdirait l’entrée des graines Monsanto sur l’île d’Hispaniola. Il semble que sur le couvert d’aide humanitaire on assiste à une exacerbation des politiques néo-malthusiennes poursuivies durant les quatre dernières décennies par l’empire américain en Haïti. De plus, l’appétit vorace des milieux extractifs anglo-américains est décuplé suite aux multiples découvertes d’or et d’iridium dans le sous-sol haïtien. De fait, le représentant de Monsanto en Haïti n’est nul autre que l’ancien ministre des affaires étrangères de Duvalier durant 29 ans de dictature Jean-Robert Estimé. Il n’est pas surprenant que Monsanto une extension géostratégique de la politique américaine cultive les collaborations de longue date avec les milieux les plus réactionnaires de la société haïtienne.

haiti1- desastre
Avec de tels amis …

Le tremblement de terre bien que d’une immense ampleur ne représente qu’un épiphénomène face au plan diabolique de Monsanto pour Haïti. Un groupe quel qu’il soit, qui voudrait priver à tout jamais au peuple haïtien l’opportunité de développer son indépendance agricole et de satisfaire son besoin le plus vital n’est pas un ami. La tâche de quiconque se disant frère du peuple haïtien est de démasquer les vendeurs de pays qui chantent les louanges des OGM Monsanto. Il est impératif de disséminer cette information afin d’ouvrir les yeux de la paysannerie haïtienne sur l’imminence du danger. Elle seule avec les secteurs haïtiens progressistes et patriotiques peuvent mettre en échec ce plan des plus diaboliques. Que Dieu leur vienne en aide.

Vous pouvez contacter l’auteur de l’article à ImhotepLeSage@hotmail.com
Sur facebook http://www.facebook.com/imhotep.lesage
Sur wordpress https://imhoteplesage.wordpress.com/

Références :
http://english.ruvr.ru/2010/04/16/6524765.html>The Voice of Russia, Alexey Surov
http://www.responsibletechnology.org/utility/showArticle/?objectID=4888#hair>look for yourself.) , Russian Study

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1240732/

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1314908/

http://www.population-security.org/11-CH3.html#3

http://www.scribd.com

http://www.mbetv.com/le-premier-ministre-bellerive-a-montreal-declarations-troublantes-sur-le-petrole-liridium-et-lor-dhaiti-dans-le-tumulte-de-lapres-tremblement-de-terre-de-port-au-prince

http://video.google.com/videoplay?docid=-8723985684378254371#, Film sur monsanto

Triumph: from Buenaventura To NASA

Monday may 6th 2013

By Imhotep Lesage

This extraordinary story is one that illustrates the continuous genius of the global African diaspora. It will shine the light on the accomplishment of one of its Afro-Colombian sons. Colombia is a Latin American country of 46 million people, it has one of the largest African populations on the American continent, and approximatively 22 % of the Colombian people (9 to 10 million) can trace its heritage back to Africa.

Afro- Colombians
Afro-Colombians

Like many of our South American brothers, the Afro-Colombians fought long and hard the oppression, racism and barbarism of the Spanish European colonists, often times alongside the native Indians. In fact ”greater Colombia’s” independence is in part due to the bravery of many African warriors who paid the price of blood to wrest independence from the Spanish crown. Amongst those, many where Haitians for both the forefathers of Latin-American independence Miranda and Bolivar in their times of troubles obtained refuge, arms and men from the newly formed Haitian republic.

Bataille of vertieres 1804 2
Battle of Vertières 18th November 1803 the Haïtians defeat the French troops

Simon Bolivar
Simon Bolivar ”El Libertador”

It is especially so with regards to Simon Bolivar who stayed almost the whole of 1816 in Haiti.These bonds of brotherhoods between the Africans of the Caribbean and their brothers of Latin America although at times lacking are kept alive by the wise such as the late president Hugo Chavez, who spoke proudly and abundantly of his African grandmother. The late Hugo Chavez also reciprocated the historical debt to Haiti on behalf of the modern Venezuelan state by giving the impoverished Haitian state free oil. A fact much obscured by the media propaganda to which we are subjected to, Hugo Chavez and the Venezuelan people have done the same right here in the United States, for many of our less fortunate brothers and sisters. Touched by the passing of Hugo Chavez, the Haitian government decided to name the newly refurbished airport of Cap Haitian, the Hugo Chavez airport.

danny-glover-hugo-chavez
Hugo Chavez and Dany Glover

This is the tradition from which comes the Afro-Colombian scientist Raul Cuero, who was just recognized as the best Hispanic scientist for the year 2013. The biologist originating from Buenaventura who closely collaborates with NASA has already created 19 inventions; he will receive his prestigious prize at the MOSI, the museum of science and industry of Tampa later this year on the 12th of October. This biology graduate from Del Valle University in Cali, Colombia, also possesses a diploma in Vegetal Pathology from Ohio state university. Raul Cuero was also the most Valuable Player (MVP) on the Colombian National Basketball Team where he participated in numerous International Competitions (North, Central and South America) during the years 1965-1970.

Raúl Cuero
Raul Cuero in his laboratory

The Afro-Colombian microbiologist has patented the vast majority of his inventions. If I could highlight only one of his scientific achievements, it would be the creation of a molecule that sidesteps the damages caused by the exposition to ultra-violet sunlight rays. This invention certainly facilitates the activity of astronauts wherever they venture and explore outside the earth’s atmosphere. As with nearly every space invention there will probably be a positive civilian application deriving from this wonderful molecule. The president of Tampa’s science and industry museum With Ostrenko is very happy to bestow this prize to the Afro-Colombian scientist, he expressed himself in these words: ”It is an honor for the MOSI to confer this recognition to Dr. Raul Cuero as the president of the international park of creativity, I think there exist a direct link with our mission and the doctor’s, it is to promote science and demonstrate the power of education to our youths. Indeed, Dr. Raul Cuero is the president, director and lead researcher at the international park of creativity (Parque international de la creatividad) in Bogota the capital of Colombia. At this institution the youths are mentored by specialists to create and invent new technologies and products for the world markets.

Raul Cuero3
Raul Cuero 2013 hispanic scientist of the year

Raul Cuero has written more than 110 articles for various scientific publications, he is also the author of two books where he speaks in depth about his fascinating life and scientific work. His first book is titled ” De Buenaventura a la NASA entre el triunfo y la supervivencia”, (From Buenaventura to NASA between triumph and survival) it is an autobiographical narrative where he explains his journey growing up in a modest environment in Buenaventura all the way to becoming an esteemed scientist at one of the most important space research institutions of the planet. His second book was published in 2012 and it was translated in many languages, “Como ser creativo para triunfar, la mente de la mente” (How to be creative to succeed).
The 65 year old Afro-Colombian scientist is proud of his roots and has no intention of retiring; he has many interesting projects that keep him well occupied.

Imhotep Lesage can be reached at Imhotep_lesage@hotmail.com
On facebook at http://www.facebook.com/imhotep.lesage
At wordpress https://imhoteplesage.wordpress.com/

Toussaint Louverture et son vrai visage

Par Imhotep Lesage

Portrait of Toussaint L'Ouverture by Alexandre Francois Girardin: recently discovered and possibly the only historically accurate painting of the Haitian leader. 

Authentique portrait de Toussaint Louverture

   
    Un chercheur a récemment découvert le seul portrait pouvant historiquement être authentifié comme étant celui du héros national haïtien Toussaint Louverture. Parmi tous les grands personnages historiques du 19e siècle, il y en a un dont l’image plus que toutes autres fut systématiquement défigurée: c’est Toussaint Louverture. Comment peut-on expliquer que jusqu’à ce jour nous n’avions pas une juste représentation physique d’un homme qui a tant accompli pour la liberté, l’égalité et la dignité de l’homme? On pourrait avec raison croire qu’il serait très facile d’obtenir le portrait d’un homme d’une telle envergure. Jusqu’à ce jour les images restent parmi les plus puissants outils pour asservir ou affranchir l’homme. Il n’est alors pas surprenant que les vainqueurs de  l’histoire les utilisent comme une arme à des fins de propagande.  L’imaginaire colonisé de certains nous le décrivaient à l’école comme un homme ”laid, maigre et vaniteux”, Baton Fatra. Pas surprenant que le monde esclavagiste et raciste du 19e siècle dépeigne un leader noir radical de façon répugnante. On peut prendre à titre d’exemple les grotesques lithographies du français Nicolas Maurin en 1832 qui furent quasi-universellement acceptées comme la représentation factuelle de Toussaint, malgré les vives protestations de son fils Isaac Louverture. Tout aussi pernicieuses furent les représentations de Mr de Montfayon qui le représentaient comme un homme quasi-caucasien ”Blanc”. N’oublions pas que toutes les futures représentations du Général Toussaint Louverture furent influencées par ces 2 images diffamatoires.
 
 
 Nicolas Maurin accentue délibérément ses traits,  l’assimilant à un singe!
 
 
       Vous pouvez imaginer ma satisfaction lorsque j’ai pour la première fois vu le portrait réaliste du Général Louverture réalisé par l’artiste français presque inconnu Alexandre François de Girardin. Alexandre François de Girardin était le fils de René Louis de Girardin, le mécène du grand philosophe humaniste Jean-Jacques Rousseau. Les détails de la toile sont remarquable, elle est réaliste et y représente un révolutionnaire serein loin de l’image de l’homme-singe sauvage assoiffé de sang qui nous est donnée depuis 200 ans. La lucidité de la peinture capte bien les traits de Toussaint Louverture sur fond d’horizon tropical et de montagnes haïtiennes. On y voit clairement les détails de son menton, sa boucle d’oreille argentée, les plumes colorées de son uniforme et ses épaulettes colorées. Le portrait nous montre un homme âgé entre 45 et 50 ans. Cette image de Toussaint Louverture est celle d’un homme noir digne. Les caricatures successives du Général Toussaint Louverture durant les deux derniers siècles étaient avant tout des caricatures du peuple Haïtien et de l’homme africain tels que vus à travers le prisme de l’oppresseur, le portrait d’Alexandre François Girardin redonne et confirme la profonde humanité d’un des héros de notre révolution toujours inachevée. Aujourd’hui alors qu’un occident en déclin tente toujours d’imposer un standard de beauté universel, comme un distant appel écho des anciens africains nous nous rappelons la défiguration des statues égyptiennes. Ce tableau ne peut à lui seul mettre fin à la confusion qui règne chez plusieurs de nos frères et sœurs. Mais il est clair que ce majestueux portrait du général Toussaint peut servir d’antidote parmi un arsenal d’outils pour libérer nos frères hébétés par l’assaut quotidien que subit leur imaginaire.

Vie, santé, force!

Vous pouvez joindre Imhotep Lesage à l’adresse courriel : Imhotep_Lesage@hotmail.com
Imhotep.lesage on facebook
ImhotepLesage on Twitter

Haïti et son rôle dans l’histoire de la Lybie

 

 
Haïti et son rôle dans l’histoire de la Libye

(Ce texte à originalement été publié en août 2011 durant l’aggression occidentale sur la Lybie. Suite aux révélations du marchand d’armes Ziad Takkiedine et proche de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, il est encore une fois d’actualité. C’est surprenant de voir l’exactitude de mes analyses d’alors et ma prescience quant aux réelles motivations de l’attaque néo-coloniale sauvage qui a détruit la Lybie.)

Depuis près de 6 mois la Lybie est victime d’incessants bombardements de la part de l’OTAN. Les médias dominants nous répètent ad-nauseum que l’actuel conflit se déroule tout naturellement dans la foulée des précédentes révoltes nord-africaines. Ces médias omettent de mentionner l’effondrement du système économique mondial et les différents réalignements géopolitiques qui tendent à inciter les derniers soubresauts de rapacité des anciennes puissances coloniales. C’est dans ce contexte que la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont décidé de s’appuyer sur des anciens proches de Kadhafi et Al-Qaeda pour tenter de partitionner et piller les richesses de la Lybie. L’histoire peut nous apprendre beaucoup sur la Lybie. Une lecture historique peut nous éclairer sur les motivations réelles des puissances occidentales, en analysant le rôle joué par le sénateur haïtien Émile St-Lot qui s’opposa à la partition de la Lybie.

 

 

Le Sénateur Emile St-Lot

Le sénateur St-Lot compléta des études d’agronomie et de droit. Il vécut sa jeunesse durant l’occupation américaine d’Haïti qui dura de 1915 à 1937. Il y est témoin comme bon nombre d’Haïtiens du racisme et des exactions des troupes États-uniennes. Ces expériences feront de lui un ardent défenseur de la justice et de l’indépendance des nations. Il jouera un rôle central en 1945 en tant qu’ambassadeur d’Haïti aux Nations Unies. Le proche collaborateur de René Cassin participa à la préparation, l’élaboration et à la signature de la déclaration universelle des droits de l’homme à Paris. Il y représenta avec brio son pays au conseil de sécurité où il fut chargé de voter ou non l’indépendance des pays.

Dès sa création Haïti supporta toujours la liberté des peuples opprimés, la première république nègre n’hésita pas à supporter par les armes Miranda et Bolivar. Haïti joua un rôle similaire dans un cadre diplomatique à la société des nations (SDN) en condamnant fermement l’attaque de l’Italie fasciste contre l’Abyssinie (Éthiopie) et ce malgré les positions racistes des grandes puissances favorables à l’agresseur. Durant ce conflit, Haïti argumenta l’application de sanctions contre l’agresseur fasciste et le respect du pacte de la société des nations. Face à l’intransigeance française qui défendait l’indéfendable (le plan de partition Laval-Hoare), un délégué haïtien Alfred Nemours lança des paroles prophétiques: que vous soyez grand ou petit, fort ou faible, éloigné ou proche, noir ou blanc, craignez d’être un jour l’Éthiopie de quelqu’un.

Suite à la deuxième guerre mondiale, lors de la conférence de Potsdam, les puissances alliées conviennent de régler ultérieurement le cas des possessions italiennes. C’est dans ce cadre qu’est présente le plan Bevin-Sforza en 1949 aux Nations Unies, le sénateur Émile St-Lot s’y opposa pour plusieurs raisons:

– Il fait disparaître L’Érythrée en la partageant entre le Soudan et l’Éthiopie impériale

– La Somalie y est placé sous l’administration de l’ancien colonisateur italien pour une période indéterminée.

– La Lybie est dépecée en trois parties, la Cyrénaïque, Fezzan et la Tripolitaine, contre les vœux de la majorité des Libyens. Les territoires administratifs sous tutelle seront respectivement attribués à l’Italie, la France et aux Britanniques. Il est prévu dans le plan que la Lybie y obtiendrait son indépendance après 10 ans d’administration étrangère. L’ambassadeur haïtien n’est pas dupe et voit dans cette proposition un plan de prédation colonial. Les déclarations du secrétaire d’état américain John Foster Dulles sur l’Érythrée ne laissent planer aucun doute sur les visés des principaux protagonistes. Pour Dulles, le rattachement de l’Érythrée à l’Éthiopie est nécessaire pour protéger les intérêts états-uniens dans la mer rouge.

Le 17 mai 1949 à la grande consternation des puissances occidentales le sénateur Émile St-Lot vote NON à l’approbation de cette résolution, contre l’avis du président haïtien Estimé. Son vote bloque l’application du plan Bevin-Sforza et empêche la partition de la Libye. Cet évènement majeur de l’histoire paraît aujourd’hui invraisemblable car la désormais faible Haïti et ses leaders corrompus ne peuvent même pas dire NON aux forces d’occupation de l’ONU qui déversent fréquemment de la merde au choléra dans les rivières haïtiennes. Connaissant les positions du Sénateur St-Lot qui participa au 1er congrès des écrivains noirs en 1956 au côté d’hommes tel que Franz Fanon; de l’au-delà celui-ci dut être conforté par le développement fulgurant de la Libye après le renversement du roi Idriss. Doté du plus haut niveau de vie de l’Afrique, la Libye du Colonel Kadhafi partagea son abondance avec le continent noir en lui permettant d’obtenir son premier satellite RASCOM-1, en aidant l’ANC de Nelson Mandela durant les moments les plus sombres de l’Apartheid Sud-Africain, en développant des projets d’agriculture visant à augmenter l’indépendance alimentaire de l’Afrique et en finançant copieusement l’union africaine.

La Libye sous l’égide de Kadhafi est loin d’être parfaite, mais elle donne aujourd’hui une fois de plus par ses actions une grande leçon à tous les peuples opprimés du sud. Elle résiste depuis plus de 5 mois aux bombardements sauvages et au blocus arbitraire de la plus puissante alliance militaire de l’histoire. Le succès de cette résistance libyenne (plus de 2000 tribus) dans le contexte de la désintégration du système financier international démontre aux peuples démoralisés tels qu’Haïti que la résistance est possible et nécessaire. Clairement, les bourreaux d’hier n’ont plus les moyens de leurs ambitions!

En 1957, après que l’ambassadeur haïtien eu fini de délivrer son discours en faveur de l’indépendance lybienne, un confrère ambassadeur lui fit remarquer que: « le temps était sombre! » En sage gnostique Haïtien, Émile St-Lot lui répondit que: « l’esprit brille ». Malgré les difficultés futures pour Haïti, la Libye et le monde, le temps est sombre mais l’esprit brille.

Vous pouvez joindre Imhotep Lesage à l’adresse courriel : Imhotep_Lesage@hotmail.com

ImhotepLesage on Twitter